jsn pixel1
jsn pixel2
jsn pixel3

Calendrier perpetuel 1876- Guizot. Histoire de France – T 5

    Chapitre LX.

    Louis XVI. Convocation des États Généraux

- G. Vapereau − Dictionnaire universel des littératures

    Le Philosophe inconnu

    Saint-Martin

1876 – Guizot. Histoire de France – T 5

1876 GuizotHistoire de France
depuis les temps les plus reculés jusqu'en 1789
Racontée à mes petits-enfants par M. Guizot
Tome cinquième
rédigé par Mme de Witt, née Guizot sur le plan et d'après les notes de M. Guizot, son père
et illustré de gravures dessinées sur bois
par Alphonse Marie de Neuville, Paul Philippoteaux, Étienne Antoine Joseph Eugène Ronjat
Paris
Hachette et Cie
79, boulevard Saint Germain.
1876

Le même défaut de direction et de suite dont se plaignait le comte de la Marck, éclatait partout et dans toutes les affaires ; le duc d’Orléans s’était promptement lassé de son exil : il écrivit à la reine, qui obtint son rappel. Les ministres préparaient mystérieusement un grand coup. Le Parlement, toujours agité et inquiet, venait enfin d’enregistrer l’édit relatif aux non catholiques. L’opinion publique, comme le gouvernement, le soutenait vivement; les principes de tolérance qui l’avaient inspiré étaient désormais acceptés de tous; quelques évêques et quelques dévotes essayaient encore d’entraver ce premier pas vers une existence légale longtemps déniée aux protestants. M. d’Esprémesnil, disciple convaincu du philosophe inconnu, du mystique Saint-Martin, comme il avait été la dupe de Mesmer et de Cagliostro, s’opposa presque seul, dans le Parlement, à l’enregistrement de l'édit. Étendant la main vers le crucifix, il s’écria violemment : « Voulez-vous donc le crucifier une seconde fois ? » La cour jugea mieux des principes chrétiens, et les protestants furent admis à naître, à se marier et à mourir sur le territoire français. L’édit ne leur concédait encore aucun autre droit.

bouton jaune   Chapitre LX. Louis XVI. Convocation des États Généraux

1876 – G. Vapereau − Dictionnaire universel des littératures

1876 VapereauDictionnaire universel des littératures
Par G. Vapereau
Auteur du Dictionnaire des Contemporains
Paris.
Librairie Hachette et Cie
79, boulevard Saint Germain
1876

Page 1589

Article Philosophe inconnu (Le)
Voy. Saint-Martin (ci-dessous)

Article Saint-Martin, page 1800

SAINT-MARTIN (Louis-Claude DE) dit le Philosophe inconnu, né le 18 janvier 1743 à Amboise, mort le 13 octobre 1803. Élevé au collège de Pontlevoy, il quitta le droit pour les armes. Se trouvant en garnison à Bordeaux, il y fréquenta l'école secrète de Martinez Pasqualis, où l'on s'occupait d'opérations théurgiques ; plus tard il adopta l'illuminisme de Jacob Bœhm. En 1771 il sortit du service militaire et ne s'occupa plus que d'études théosophiques. Nommé à l'Ecole normale en 1794, il y attaqua le matérialisme de Carat.

Les ouvrages de Saint-Martin sont enveloppés d'une obscurité volontaire. Celui où il a le plus complètement exposé sa doctrine, qui flotte entre le dogme du verbe chrétien et la théorie du démiurge des alexandrins, a pour titre : Des Erreurs et de la vérité, ou les Hommes rappelés au principe universel de la science, par un phil... inc... (Édimbourg [Lyon], 1775, 2 part. in-8). Dans un autre ouvrage, le Tableau naturel des rapports qui existent entre Dieu; l'homme et l'univers (Edimbourg [Lyon], 2 parties in-8), l'auteur a tenté de faire connaître l'ensemble des forces qui unissent Dieu à l'homme, et l'homme à la nature; malgré des réticences nombreuses, qui en rendent l'intelligence difficile, on y trouve beaucoup d'aperçus ingénieux. Il a publié un poème allégorique, souvent grotesque, bizarre, incompréhensible, sous le titre suivant : le Crocodile, ou la guerre du bien et du mal, arrivée sous le règne de Louis XV, poème épico-magique en cent deux chants, par un Amateur de choses cachées (Paris, 1799, in-8). Un mémoire de métaphysique s'y trouve intercalé, qui traite d'une façon magistrale et dans un sens opposé à la philosophie de Condillac, la question mise au concours par l'Institut : Quelle est l'influence des signes sur la formation des idées ? Ses autres ouvrages sont : l'Homme de désir (Lyon, 1790, in-8), recueil d'élévations et de prières: Ecce homo (Paris, 1792, in-8), contre le merveilleux d'un ordre inférieur ; tel que le somnambulisme ; le Nouvel Homme (Ibid., 1792, in-8); Lettre à un ami sur la Révolution française (1796, in-8); Éclair sur l'association humaine (1797, in-8); l'Esprit des choses (1800, 2 vol. in-8); le Cimetière d'Amboise, en vers (1801, in-8); le Ministère de l'homme-esprit (1802, in-8); Œuvres posthumes (Tours, 1807, 2 vol. in-8), etc.

Cf. Gence : Notice biographique (Paris, 1824, in-8) ; — Caro : Essai sur la vie et la doctrine de Saint-Martin, thèse (Ibid., 1850, in-12) ; — Matter : Saint-Martin et ses écrits (Ibid., 1862, in-8); — Ad. Franck : la Philosophie mystique en France à la fin du XVIIIe siècle (Ibid., 1866, in-18).

bouton jaune   Article Saint-Martin

Aller au haut