jsn pixel1
jsn pixel2
jsn pixel3

Calendrier perpetuel 1825Arnault - Biographie nouvelle des contemporains : Saint-Martin
Le lycée armoricain – T 6 - Article : La soirée de Stockholm
Lesur – Annuaire historique pour 1818 : Littérature française
Marchangy - Tristan le voyageur
Michaud - Biographie universelle : Article : Saint-Martin
Meiners – Histoire de la réformation - Chapitre XXIV. De quelques reproches adressés à la réformation. Naissance des sociétés secrètes. Jésuites et jansénistes.
Plancy – Dictionnaire infernal
Sabio – Esprit du dogme de la Franc-maçonnerie
Ségur - Histoire de Napoléon et de la grande armée pendant l’année 1812

Arnault - Biographie nouvelle des contemporains

1825 arnault t18Biographie nouvelle des contemporains ou dictionnaire historique et raisonné de tous les hommes qui, depuis la révolution française, ont acquis de la célébrité par leurs actions, leurs écrits, leurs erreurs ou leurs crimes, soit en France, soit dans les pays étrangers ; précédée d’un Tableau par ordre chronologique des époques célèbres et des évènements remarquables, tant en France qu’à l’étranger, depuis 1787 jusqu’à ce jour, et d’une table alphabétique des assemblées législatives à partir de l’assemblée constituante jusqu’au dernières chambres des pairs et des députés.
Par MM. A. V. ARNAULT, ancien membre de l’Institut ; A. JAY ; E. JOUY, de l’Académie française ; J. NORVINS, et autres Hommes de lettres, Magistrats et militaires.
Ornée de 300 portraits au burin, d’après les plus célèbres artistes.
Tome dix-huitième. - A. PÉTER, Directeur de pensionnat. Paris, A la librairie historique, Hôtel d’Aligre - Rue Saint Honoré, n° 125. 1825,, .https://books.google.fr/books?id=_b5fAAAAIAAJ

Autres éditions

- Une nouvelle édition du même livre a paru en 1827 
- Sur Gallica

Voir l'article sur Saint-Martin sur ce siteBiographie nouvelle des contemporains (1825)

Le lycée armoricain – T 6

1825 lycee armoricain t6Le Lycée armoricain
Sixième volume
A Nantes, de l’Imprimerie de Mellinet-Malassis, imprimeur et membre de la Société académique
1825 - 6e volume. An 1825. 34e livraison - http://books.google.fr/books?id=RK0EAAAAQAAJ

Article : La soirée de Stockholm – Extrait page 551

[Article signé Mériadec.]

Un professeur de l’université de Cambridge se leva alors et promenant des regards attentifs sur l’assemblée, s’exprima ainsi : […] La dispute sur le classique et le romantique m’a occupé un moment ; mais elle ne fait plus aujourd’hui qu’amuser mon valet de chambre et ma cuisinière. J’ai dévoré toutes les sciences humaines dans un clin d’œil, et je me suis arrêté, depuis quelques années sur Jacob Bœhme, Saint-Martin et Swedenborg, comme sur des mets d’une digestion très difficile….

Lesur – Annuaire historique universel pour 1818

 

1825 lesur annuaire 1818Annuaire historique universel pour 1818, précédé d'une Introduction ou table de la situation politique des diverses puissances, à la fin de 1817;
Avec un Appendice contenant les actes publics, traités, notes diplomatiques, papiers d'États et tableaux statistiques, financiers, administratifs et nécrologiques ; — une Chronique offrant les événements les plus piquants, les causes les plus célèbres, etc. ; et une revue des productions les plus remarquables de l'année, dans les sciences, dans les lettres et dans les arts.
Par Charles-Louis Lesur, auteur de la France et les Français en 1817, etc.
Deuxième édition. Paris, chez A. Thoisnier-Desplaces, libraire, rue de Seine, n° 29. M DCCC XXV, 1825, http://books.google.fr/books?id=uGUNAAAAYAAJ

Littérature française - Extrait, page 571

Coup d’œil sur l’état de la littérature française en 1818

Il y eut en France, sous le régime impérial, un moment où l'on put trembler, non pas pour la littérature proprement dite, dont le gouvernement le plus absolu caresse volontiers les frivolités, ni pour les sciences physiques dont le conquérant entretenait la culture comme une fabrication d'armes, mais pour cette partie des sciences morales et philosophiques qui traite du gouvernement, des lois et même de l'existence des Etats. Napoléon n'aimait pas plus la théologie mystique de Kant et de Saint-Martin que la philosophie ricaneuse de Voltaire ou la dialectique éloquente de Rousseau. Leurs détracteurs étaient sûrs de lui plaire : pourvu qu'ils respectassent les intérêts matériels acquis par la révolution, tout leur était permis, tout leur était compté, tout leur était payé. Le système religieux s'associait alors à merveille au système militaire pour assurer les cœurs comme les bras au pouvoir. Napoléon ne voulait pas arrêter la civilisation, mais il voulait marcher à sa tête, entre deux rangs d'encensoirs et de baïonnettes. Enfin, il a fallu des circonstances et des fautes d'une singulière espèce pour que la philosophie et la liberté pussent trouver des auxiliaires là où le despotisme s'était fait tant d'appuis.

Marchangy - Tristan le voyageur, ou la France au XIVe siècle

1825 MarchangyPar Louis-Antoine-François de Marchangy
Paris. Chez F.M. Maurice, libraire, rue des Mathurins St Jacques, n° 1
Urbain Canel, libraire, place S. André des Arts, n° 30 - M DCCC XXV, http://books.google.fr/books?id=PKsFAAAAQAAJ

La France. Extrait, page 169-170

Quand les six mois sont révolus, ces femmes sortent des retraites océaniques, et leurs époux quittent les murs d'Ancenis. Leurs pirogues nuptiales, parfumées de fleurs, et laissant flotter en voiles, en banderoles, les parures du premier jour de l'hymen, volent les [p.170] unes à la rencontre des autres sur le frémissant azur des eaux. Une des îles de la Loire, une île qui, déserte le reste de l'année, semble réservée à ces mystérieuses rencontres, ombrage de ses chênes antiques et de ses sombres ormeaux des couples dont les langueurs de l'habitude n'ont point attiédi les désirs. Ils se séparent ensuite remplis d'amour, et vérifient cette tendre parole de notre saint Martin : Vertueux époux, regardez-vous comme en exil (2).

(2) S. Martin, l'Homme de désir, in-8°, § 81.

Michaud - Biographie universelle

Biographie universelle ancienne et nouvelle ou histoire, par ordre alphabétique, de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus et leurs crimes.
Ouvrage entièrement neuf.
Rédigé par une société de gens de lettres et de savant,
« on doit des égards aux vivants ; on ne doit aux morts que la vérité ». (Volt., première Lettre sur Œdipe).
Tome quarantième
A Paris, Chez L. G. Michaud, Libraire-Éditeur. Place des Victoires, n° 3. 1825, http://books.google.fr/books?id=MGSFXs7KofcC

Article : Saint-Martin (p.19-28).

Saint-Martin (Louis-Claude de), dit le Philosophe inconnu, né à Amboise, d’une famille noble, le 18 janv[ier] 1743, dut à une belle-mère les premiers éléments de cette éducation douce et pieuse, qui le fit, disait-il, aimer, pen[20]dant toute sa vie, de Dieu et des hommes. Au collège de Pont-Levoy, où il avait été mis de bonne heure, le livre qu'il goûta le plus fut celui d'Abadie, intitulé L’Art de se connaître soi-même : c'est à la lecture de cet ouvrage, qu'il attribuait son détachement des choses de ce monde. Destiné par ses parents à la magistrature, il s'attacha, dans son cours de droit, plutôt aux bases naturelles de la justice qu'aux règles de la jurisprudence, dont l’étude lui répugnait. Aux fonctions de magistrat, auxquelles il eût cru devoir donner tout son temps, il préféra la profession des armes, qui, durant la paix, lui laissait des loisirs pour s'occuper de méditations. Il entra comme lieutenant, à vingt-deux ans, au régiment de Foix, en garnison à Bordeaux.

Meiners – Histoire de la réformation

1825 reformationHistoire de la réformation
Par M. W. Meiners
A Paris. Chez Raymond, éditeur de la bibliothèque du XIXe siècle, rue de la Bibliothèque, n° 4 - 1825, https://books.google.fr/books?id=AQ4PAAAAQAAJ

Chapitre XXIV. De quelques reproches adressés à la réformation. Naissance des sociétés secrètes. Jésuites et jansénistes.(extrait, pages 210-211)

[p.210] … Lessing a écrit sur les francs-maçons un dialogue dans lequel il affirme que leur association a pour but de réunir les hommes malgré les barrières et les démarcations établies par la société. Plusieurs des réformateurs ont cru trouver dans l'Évangile qu'entre les hommes il ne doit y avoir ni grands ni petits. Ces idées de nivellement, qu'il faut blâmer et proscrire quand elles sont absolues, ont été l'âme de presque toutes les sociétés secrètes ; presque toutes se sont proposé de porter les esprits vers l'indépendance, de répandre les lumières, et de propager les principes de l'égalité démocratique, en mettant les hommes en évidence, non d'après leur rang dans le monde, mais d'après leur valeur réelle. Une tendance de cette nature semble se manifester dans quelques antécédents et dans quelques transformations du protestantisme ; mais cette tendance ne [p.211] peut être dangereuse, parce qu'elle est toute contemplative, comme parmi les théosophes (1) ou mystiques, dont les principes présentent une des exagérations de la réforme. L'illuminisme, sans provenir directement de la réforme, peut être considéré comme un produit des dispositions provoquées par l'exemple du succès de Luther. Dès que Luther eut réussi, la porte semblait ouverte à quiconque aspirait à devenir chef de secte. L'orgueil convoita cette supériorité comme il en eût convoité une autre ; mais il n'y eut plus moyen d'agir à découvert, et l'attrait d'une initiation fut le seul ressort que l'on pût encore faire jouer. Dans l'impuissance de tenter la dévotion, on tenta la curiosité en offrant de lui dévoiler une doctrine occulte et les plus étranges mystères. Tel fut l'appât auquel se laissèrent prendre les illuminés, parmi lesquels se trouvent des visionnaires, dont les opinions doivent prendre place dans l'histoire des délires du genre humain. Ces illuminés dont le suédois Swedemborg a fondé la secte croient que par la puissance de la volonté ils peuvent faire apparaître des morts, et opérer des miracles. Madame de Staël, dans son livre de l'Allemagne, rapporte que le roi de Prusse, Frédéric-Guillaume...

Note

1. Les théosophes reconnaissent pour chefs Jacob Boehme, Pasqualis et Saint-Martin ; ils s'occupent uniquement de la religion et de la nature qu'ils interprètent par ses dogmes. Ils déclarent que ce qu'ils pensent leur a été révélé, tandis que les philosophes en général se croient uniquement conduits par leur propre raison. A travers les extravagances qui remplissent les livres de leurs docteurs, on rencontre parfois des lueurs sublimes et qui décèlent des hommes d'un génie au-dessus du vulgaire.

Plancy – Dictionnaire infernal 

1825 diction infernalDictionnaire infernal ou Bibliothèque universelle sur les êtres, les personnages, les livres, les faits et les choses qui tiennent aux apparitions, à la magie, au commerce de l'enfer, aux divinations, aux sciences secrètes, aux grimoires, aux prodiges, aux erreurs et aux préjugés, aux traditions et aux contes populaires, aux superstitions diverses, et généralement à toutes les croyances merveilleuses, surprenantes, mystérieuses et surnaturelles
Par Jacques-Albin-Simon Collin de Plancy
Deuxième édition, entièrement refondue - Tome premier
Paris. A la librairie universelle de P. Mongie aîné, boulevard des Italiens, n° 10. 1825 - http://books.google.fr/books?id=bjESAAAAYAAJ

Article Bœhme (page 401)

BOEHM (jacob), — Né en 1576, dans la haute Luzace. De cordonnier qu'il était, il se fit alchimiste, homme à extases, et chef d'une secte qui prit le nom de bœhmistes. Il publia en 1612 un livre de visions et de rêveries, intitulé l’Aurore naissante, que le clergé poursuivit. Il expliquait le système du monde par la philosophie hermétique, et présentait Dieu comme un alchimiste occupé à tout produire par distillation. Les écrits de cet illuminé, qui forment plus de cinquante volumes inintelligibles, ne sont pas connus en France, excepté ce que Saint-Martin en a traduit : l’Aurore naissante, les trois Principes et la Triple vie. Ce qu'il y a de pis, c'est que ce songe-creux était anthropomorphite (2) et manichéen ; il admettait pour deuxième principe du monde la colère divine ou le mal, qu'il faisait émaner du nez de Dieu. On recherche, parmi ses livres d'alchimie, son Miroir temporel de l’éternité, ou de la Signature des choses, traduit en français , in-8°. Francfort, 1669 (3).

Notes

2. Les anthropomorphites étaient des hérétiques qui donnaient à Dieu la forme humaine.
3 On peut voir encore Jacobi Boehmi, alias dicti teutonici philosophi, clavis prœcipuarum rerum quœ in reliquis suis scriptis occurrunt pro incipientibus ad ulteriorem considerationem revelationis divinœ conscripta, l624 un vol. in-4°.

Sabio – Esprit du dogme de la Franc-maçonnerie

1825 ReghelliniEsprit du dogme de la Franc-maçonnerie - Recherches sur son origine et celle de des différents rites, compris celui du carbonarisme.
Par le F.·.M.·.R.·. Reghellini de Sabio
Bruxelles, H. Tarlier, libraire éditeur, rue de la Montagne, n° 306. M DCCC XXV, https://books.google.fr/books?id=9uatD1BJFswC

Extrait, pages 184-186

Nota : Cet article permet de voir comment certains écrivains abordaient Martines de Pasqually et Louis-Claude de Saint-Martin. Précisons donc :

- Louis-Claude de Saint-Martin n’est jamais fondé de rite, ni d’ordre.
- Si Saint-Martin connaissait le neveu de Swedenborg, il n’a pas « suivi [ses] opinions » ! D’ailleurs dans son Portrait (§787), Saint-Martin écrit : « En relisant quelques extraits de Swedenborg, j'ay senti qu'il avoit plus de ce qu'on peut appeller la science des aures que la science des esprits; et sous ce rapport quoiqu'il ne soit pas digne d'etre comparé à B... pour les vraies connoissances, il est possible qu'il convienne à un plus grand nombre de gens ; car B... ne convient presque qu'à des hommes entierement régénérés, ou au moins, ayant grande envie de le devenir » [orthographe originale].
- Les cérémonies des élus coëns n’ont jamais été des « cérémonies israélitiques » et encore moins tirées de la Bible !
- Martines de Pasqually n’est pas un « allemand né en 1700 ». Né à Grenoble, entre 1710 et 1728 – on ignore à l’heure actuelle sa véritable date de naissance – il était français d’origine espagnole, voire portugaise ( ?), n’a jamais voyagé « en Turquie, en Arabie, et à Damas ».
- Saint-Martin n’a pas été à l’origine de la loge des Philalèthes, c’est Savalette de Langes qui en pris l’initiative.

« M. de St Martin fut un des plus célèbres réformateurs français, il composa un nouveau rite.

Ses doctrines sont fondées sur celle de Martines [185] Pascalis (1) ; elles enseignent les principes et la pratique du Martinisme ; il divisa son rite en dix grades, dont sept forment le premier temple, et trois le second ; il a aussi suivi les opinions de Swedenborg, et même modelé ses instructions sur celles des Elus Cohens ; c’est-à-dire qu’elles traitent de la création de l’homme, de sa désobéissance, de sa punition, de sa régénération et de sa réintégration dans son innocence et dans les biens perdus par le péché originel. Son but est le perfectionnement de l’homme, afin qu’il puisse s’approcher du souverain être dont il est émané.

Lorsque l’adepte par ces nouveaux ordres a recouvré ses droits primitifs, il se rapproche de son créateur ; il peut connaître les secrets de la nature, ceux des sciences occultes et de la théologie mystiques.

Ses cérémonies sont entièrement israélitiques et tirées de la Bible.

Son rite est fondé sur la théosophie, la chimie et les évocations.

M. de St Martin a rectifié les mots sacrés hébreux, desquels il se sert dans ses grades, et qui se trouvent altérés dans presque tous les autres rites.

A Mets, le Chap.·. de St Théodore professait les grades de cette réforme.

[186] Le rite de St Martin a produit la [loge] des Philatètes [sic pour Philalèthes] à Paris, qui avait douze grades, et dont toute la science reposait sur la chimie et sur les sciences occultes ; cette [loge] avait une bibliothèque riche en documents maçonniques et littéraires. A la mort de son instituteur, M. La Savalette, ces documents ayant été vendus, furent acquis pour enrichir les archives du rite philosophique de Paris ; malgré tout cela, les Philatètes avaient adoptés bien des maximes de la stricte observance.

Note 1 : Martines Pascalis est un Allemand, né vers 1700 d’une famille pauvre mais noble. A l’âge de seize ans il savait le grec et le latin : il fut en Turquie, en Arabie, et à Damas il s’instruisit dans les mystères du Temple ; il établit un ordre particulier de R.·.R.·.+ .·.+ .·.»

Ségur - Histoire de Napoléon et de la grande armée pendant l’année 1812

Par le général Comte de Ségur [Philippe-Paul]
5e édition. Tome second
Paris. Baudoin frères, éditeurs, rue de Vaugirard, n° 36. Bruxelles, même maison.
1825, https://books.google.fr/books?id=mBPnfhjMIqUC

Livre VII. Chapitre III. Extrait, pages 26-28

Ce jour-là, une scène effrayante termina ce triste drame. Ce dernier jour de Moscou venu, Rostopschine rassemble tout ce qu’il a pu retenir et armer. Les prisons s’ouvrent. Une foule sale et dégoûtante en sort tumultueusement. Ces malheureux se précipitent dans les rues avec une joie féroce. Deux hommes, Russe et Français, l’un accusé de trahison, l’autre d’imprudence politique, sont arrachés du milieu de cette horde ; on les traîne devant Rostopschine. Celui-ci reproche au Russe sa trahison.

C’était le fils d’un marchand : il avait été [p.27] surpris provoquant le peuple à la révolte. Ce qui alarma, c’est qu’on découvrit qu’il était d’une secte d’illuminés allemands, qu’on nomme martinistes, association d’indépendants superstitieux. Son audace ne s’était pas démentie dans les fers. On crut un instant que l’esprit d’égalité avait pénétré en Russie, Toutefois, il n’avoua pas de complices.

Dans ce dernier instant, son père seul accourut. On s’attendait à le voir intercéder pour son fils ; mais c’est sa mort qu’il demande. Le gouverneur lui accorda quelques instants pour lui parler encore et le bénir. « Moi ? bénir un traître ? » s'écrie le Russe furieux, et dans l’instant il se tourne vers son fils, et, d’une voix et d’un geste horrible, il le maudit.

Ce fut le signal de l’exécution. On abattit d’un coup de sabre mal assuré ce malheureux. Il tomba, mais seulement blessé, et peut-être l’arrivée des Français l’aurait-elle sauvé, si le peuple ne s’était pas aperçu qu’il vivait encore. Ces furieux forcèrent les barrières, se jetèrent sur lui, et le déchirèrent en lambeaux.

Cependant, le Français demeurait glacé de terreur, quand Rostopschine, se tournant vers lui : « Pour toi, dit-il, comme Français, tu devais désirer l’arrivée des Français ; sois  donc libre, mais va dire aux tiens que la Russie n’a eu qu’un seul traître, et qu’il est puni. » Alors, s’adressant aux misérables qui l’environnent, il les appelle enfants de la [28] Russie, et leur ordonne d’expier leurs fautes en servant leur patrie. Enfin il sort le dernier de cette malheureuse ville, et rejoint l’armée russe.

Dès lors, la grande Moscou n’appartint plus ni aux Russes, ni aux Français, mais à cette foule impure, dont quelques officiers et soldats de police dirigèrent la fureur. On les organisa ; on assigna à chacun son poste, et ils se dispersèrent, pour que le pillage, la dévastation et l’incendie éclatassent partout à la fois.

Aller au haut