jsn pixel1
jsn pixel2
jsn pixel3

Index de l'article

1852 – Bourquelot - La littérature française contemporaine 

1852 BourquelotLa littérature française contemporaine 1827-1849, continuation de la France littéraire.
Dictionnaire bibliographique renfermant : 1° par ordre alphabétique de noms d’auteurs, l’indication chronologique des ouvrages français et étrangers publiés en France, et de celle des ouvrages français publiés à l’étranger ; 2° une table des livres anonymes et polynonymes ; 3° une table générale méthodique.
Le tout accompagné de Biographies et de Notes Historiques et Littéraires
Par M. Félix Bourquelot, ancien élève de l’École des Chartes, et M. Alfred Maury, sous-bibliothécaire de l’Institut.
Tome quatrième
Paris. Delaroque aîné, libraire, quai Voltaire, 21. - 1852

Article Gence (Jean Baptiste Modeste), pp.53-54

GENCE [Jean-Baptiste-Modeste], naquit à Amiens, le 14 juin 1755. Lorsque éclata la révolution, il était archiviste au dépôt des chartes. Privé de son emploi, il devint en 1793 réviseur en chef de l'imprimerie du gouvernement ; poète, érudit, philosophe, M. Gence se. fit particulièrement remarquer par ses recherches sur l'Imitation de J. C. et sur l'auteur de ce livre. Il mourut le 17 avril 1840. Il était membre de la Société des antiquaires de France et de la Société de la morale chrétienne. [Voy. le Dict. encycl. de M. LE BAS ; la Biographie littéraire de M. Gence (Paris, imp. de Moquet, 1835, in-8); l'Éloge de M. Gence par M. VILLENAVE (1840) ; et la France littér., t. III, p. 302.]

1. — La vérité du magnétisme, prouvée par les faits ; extrait des notes et des papiers de Mme Alina d'Eldir, née dans l'Indoustan ; par un ami de la vérité ; suivie d'une Notice inédite sur Mesmer. Paris, imp. de Migneret, 1829, in-8 de 128 pag.

2. —  Avec M. Monnard : Méditations religieuses, en forme de discours, pour toutes les époques, circonstances et situations de la vie domestique et civile, traduites d'après l'ouvrage allemand, intitulé Stunden der Andacht. Paris, Strasbourg , Londres , Treuttel et Wiirtz, 1830 et ann. suiv., 16 vol. in-8 [48 fr.].

3. — Nouvelles considérations historiques et critiques sur l'auteur et le livre de l'Imitation de Jésus-Christ , ou Précis et résumé des faits et des motifs qui ont déterminé la restitution de ce livre à Jean Gerson, chancelier de l'église de Paris. Paris, Treuttel et Wiirtz, 1832, in-8 de 96 pag. [2 fr. 50 c.1.

Réimpression avec augmentation des Considérations sur la question relative à l'auteur de l'imitation et sur les discussions qui la reproduisent; imprimées à la suite de la « Dissertation sur soixante traductions françaises de l'Imitation de J. C. » , par A.-A. BARBIER. [1812, I vol: 1n-12. Il existe aussi des exemplaires in-8.]

4. — La vraie phrénologie , ou l’Unité d'un principe intellectuel et moral dans l'homme, fondée sur l'accord de l'expression rationnelle du verbe et de la conscience du moi, avec la notion de l'être universel. Paris , Leleux. 1836 ., in-8 [1 fr. 25 c.].

5. — Notice biographique et littéraire du philosophe français Antoine Lasalle, ancien officier de marine, auteur de la balance naturelle et de la mécanique morale, traducteur et commentateur des oeuvres philosophiques et historiques de Bacon. Paris, Leroi , 1837, VIII et 164 pag., in-8 [4 fr.].

Antoine Lasalle, né à Paris le 18 août 1754, était fils d'une Polonaise et du comte de Montmorency-Pologne; il est mort à l'Hôtel-Dieu, [page 54] le 21 novembre 1829 [voyez le « Journal des Savants », juin 1837, p. 3781. M. Gence avait été très lié avec Antoine Lasalle et l'avait accompagné dans diverses excursions en France et en Italie.

On doit encore à M. Gence : Sur les travaux du Poussin , in-8. — Analyse des principes de la connaissance humaine, rétablie d'après Descartes, sur la base des notions de la spiritualité de l’âme et de l'existence de Dieu , etc. [Paris, 1828, 15 pag. in-8. Extrait de « l'Athlète du christianisme. »] — Précis en vers, avec des remarques sur l'Imitation de J. C. et son auteur [1829,in-8]. — Entretien sur les principes de la philosophie, etc. [Paris, 1830, 48 pages in-8. Cet opuscule semble avoir eu pour but de faire revivre la doctrine théosophique de Saint-Martin.] — Etrennes patriotiques et morales en vers aux amis de l'humanité, de la philosophie et des arts. [1831, in-18.] — Ode sur les vanités du monde et les biens de la vie à venir (adressée â M. Fortin d'Urban) [1832, in-8]. — L'ombre d'un grand nom, ou le personnage fictif dévoilé [extrait du «Journal général de littérature »]. — Au docteur Jacques Nauche, président de la Société de médecine pratique [en vers, 1834, in-8].— Nouvelle épitre a un ami, sur la réparation du mal par la puissance du bien, et de mème sur l'édition mutilée de l'Imitation de J. C. [en vers, 1834, in-8]. — Jugements motivés sur l'âge du Codex de ad-vocatis [1835, in-8]. — Résumé et application des motifs exposés dans les Principes de la philosophie rationnelle [1836 , in-8]. — Jean Gerson restitué et expliqué par lui-même dans ses parallèles de passages extraits de ses OEuvres morales et du livre de Imitatione Christi ; précédé de nouveaux motifs à l'appui de nos considérations sur l'auteur de l'Imitation , et suivi, entre autres pièces, d'un procès-verbal relatif au prétendu Jean Gerson, supposé abbé de Verceil, et de deux lettres inédites, dont l'une est du pèlerin français Jean Gerson, fuyant en Bavière la persécution [1836, in-8].— La Vierge d'Antin [en vers, 1837, in-8. Suit l'Extrait du Stabat mater de la nativité, publié par M. Gence dans le « Mémorial de l'église gallicane » le 26 février 1810]. — Nouvelles stances sur le prétendu livre du treizième siècle, et sur les éditeurs et les traducteurs français de l'Imitation de Jésus-Christ, suivies des décisions du conseil royal de l'instruction publique concernant l'adoption de l'édition latine et de la traduction française de ce livre [1837, in-8]. — La vraie philosophie de l'histoire, ou la Lutte, la renaissance et le triomphe du bien, poème philosophique et moral, dont le sujet est appliqué à l'éloge de Gerson, voté en France par l'Académie au dix-neuvième siècle [1837, in-8]. — La grande œuvre latine, définitivement rattachée au pèlerin Jean Gerson, réfugié dans un monastère en Autriche, ou a Question simplifiée sur l'auteur de l'Imitation de J. C., etc. [en stances, I838, in-8]. — La Modulation dans la grande œuvre latine du pèlerin Jean Gerson, divisée en trois livres qui forment la consolation intérieure, et, avec le livre eucharistique, sont l'objet et la fin de l'imitation de Jésus-Christ, dont le génie de Gerson a été déclaré digne d'être l'auteur par l'aigle de l'éloquence sacrée [41 stances de quatre vers, 1838, in-8]. — Dernières considérations sur le véritable auteur de la grande œuvre latine, le pèlerin Jean Gerson, qui se décèle non seulement dans ses diverses œuvres, mais dans l'Imitation elle-même, que des faits positifs démontrent antérieure au vieux français. [En prose ; l'Épilogue est en vers, 1838, in-8.] — Chant religieux , composé pour les séances de la Société de morale universelle, ayant pour emblèmes un gril, une étoile, un soleil, et fondée à Paris, sous le nom de la Noble porte de l'Élysée, par la sultane mongole Affina d'Eldir. Souvenir de 1838: la Perle. Couplets sur le bonheur. Quatrains d'Eldir sur le vrai bonheur [stances, 1838, in-8]. — Stances aphoristiques sur l'accord de la pensée et de la religion dans les progrès de la philosophie rationnelle, ramenée à son principe ternaire et à la foi biblique [1839, in-8]. — La vierge Marie, mère des chrétiens, dont Gerson invoque le culte, etc. [stances, 1839, in-8]. — Stances lyriques et morales [1839, in-8]. — Sur l'institution de l'ordre moral asiatique universel, fondée en 1832, sous le nom de la Noble porte de l'Élysée, par la sultane indienne Alina d'Eldir [11 stances de quatre vers, 1839, in-8]. — Motifs d'unité et d'ordre dans l'édition de l'Imitation polyglotte de Lyon, sous le nom principal de Gerson, par l'alliance de la bibliographie avec la philanthropie littéraire [13 stances de quatre vers, 1839, in-8]. — Pensées, sentences et maximes, les plus généralement et moralement utiles, des pères et docteurs de l'Eglise les plus éloquents, traduites du latin en français [1839, in-8. Chaque pensée est suivie de la traduction].

M. Gence a été l'un des collaborateurs de l'Encyclopédie des gens du monde.

bouton jaune   Article Gence (Jean Baptiste Modeste), pp.53-54

Aller au haut