jsn pixel1
jsn pixel2
jsn pixel3

Index de l'article

Notes

(1) De la Philosophie occulte.
(2) Merveilles du Ciel et de l’Enfer, t. II, p. 15.
(3) Singularités historiques, par Dulaure, p. 170.
(4)Tableau naturel, t. II, p. 100.
(5) Ibid., p 177.
(6) Du Magnétisme animal, par la Société de l'Harmonie d'Ostende.
(7) « La contemplation est une vue simple et amoureuse de Dieu, appuyé sur la foi qu'il est partout. » (L'abbé d'Estival, Confér. myst.)
« L'oraison contemplative, suivant le P. La Combe, est un simple regard libre de Dieu ou des choses divines, joint a une admiration religieuse, ou une espèce d'oraison par laquelle l'esprit ayant commandé le silence aux puissances intérieures, est uni à Dieu par un simple acte de l'entendement. (Analyse de l'Oraison mentale.)
« La contemplation a trois degrés, dit Molinos (Guide spir., l. III, c 15). Le premier est le rassasiement où l'âme se trouve si remplie de Dieu qu'elle n'a que du dégoût pour les choses mondaines. Elle est si tranquille, que le seul amour de Dieu lui suffit. Le deuxième degré est l'ivresse, qui est une extase de l'âme produite par l'amour divin et le rassasiement qu'il donne. Le troisième degré est l'assurance qui bannit toute frayeur, et qui se fait lorsque l'âme est si enivrée de l'amour divin et si soumise aux ordres de Dieu, qu'elle irait de bon cœur en enfer pour lui obéir. Il y a plusieurs autres degrés de contemplation : le feu, l'onction, l'élévation, l'illumination, le goût, le repos. Puis enfin les extases, les ravissements, la liquéfaction, l'évanouissement, les baisers, les embrassements, l'allégresse, l'union, la transformation, les noces, le mariage; toutes choses qui sont pour ceux qui ne les ont pas éprouvées, ce que les couleurs sont aux aveugles et l'harmonie aux sourds.
« Le don de la contemplation a été souvent accordé à de petits enfants et à de petites filles de quatre à cinq ans, à des gens grossiers et à des femmes de village. » (P. La Combe, ouv. cité.)
« L'âme ne peut être unie à Dieu qu'elle ne soit dans un repos central et dans la pureté de sa création. » (Guyon, Moyencourt.)
« Il faut avoir une foi vive que Dieu remplit de son essence, de sa présence et de sa puissance. » (Falconi, Lettre à une fille spirit.)
(8) « Vous ressentirez en dedans une sécheresse passive, des ténèbres, des angoisses, des contradictions, des abandonnements intérieurs, des désolations horribles, des suggestions importunes et perpétuelles, des tentations véhémentes de l'ennemi. Enfin, vous trouverez votre cœur si resserré et si plein d'amertume, que vous ne pourrez 1’élever vers Dieu, ni faire un seul acte de foi, d'espérance ou d'amour. Dans cet abandonnement, vous voyant en proie à l'impatience, à la colère, à la rage, aux blasphèmes, aux appétits désordonnés, vous vous croirez la plus misérable et la plus détestable de toutes les créatures, dénuée de toutes les vertus, éloignée de Dieu et condamnée à des tourments presque égaux aux peines infernales. » (Molinos, Guide spirit liv. III, ch. 4.)
« Toutes les vertus sont ôtées à cette âme ; elle reste nue et dépouillée de tout; elle se corrompt peu à peu. Autrefois c'étaient des faiblesses, des chutes, des défaillances; ici c'est une corruption horrible, qui devient tous les jours plus forte et plus horrible. » (Lamothe-Guyon, les Torrents.)
(9) Vintras est un homme illettré, ancien valet d'auberge.
(10)Voy. Opuscule sur l'Œuvre de la Miséricorde, et la Voix de la Septaine, ouvrage périodique.
(11) Dernièrement, sur l'ordre du préfet du Calvados, la gendarmerie cerna pendant une nuit l'établissement du prophète. Une perquisition entraîna la saisie des objets du culte et l'arrestation des principaux néophytes, qui furent arbitrairement exilés du sol français, après un mois d'emprisonnement dans les hôpitaux de la ville de Caen. Vintras était parvenu à s'évader, lors de la visite domiciliaire. Quelques renégats l'avaient accusé de sacrifier au démon de l'impureté ; les adeptes l'excusaient en disant qu'il subissait les dernières épreuves ou le martyre spirituel pour parvenir à la déification. (Voy. les Aveux de l'abbé Charvoz et les Saints de Tilly-sur-Seule, par A. Gozzoli.)
(12) Archives du Magnétisme, t. VI, p. 9.
(13) Ouvrage cité p. 10.
(14) Nous ne nous étendrons pas davantage sur cette matière, que nous avons traitée in extenso dans le Journal du Magnétisme, t. IX, p. 2 et suiv.

bouton jaune  Médecine spiritualiste – Illuminisme

Aller au haut