jsn pixel1
jsn pixel2
jsn pixel3

Index de l'article

Calendrier perpetuel 1873- Bibliothèque universelle et Revue suisse – T 47

    Ernest Naville : Article La Liberté

- Dezobry - Dictionnaire général de biographie et d’histoire

    Saint-Martin

- Saman - Les enchantements de Prudence

- Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales

    Mesmérisme. I. Théorie et faits

 1873 - Bibliothèque universelle et Revue suisse – T 47

1873 revue suisseBibliothèque universelle et Revue suisse
LXXVIIIe année – Nouvelle période
Tome XLVII
Lausanne. Bureau de la Bibliothèque universelle
Genève, Bureau des Archives, 18, rue de la Pélisserie
Paris, Sandoz et Fischbacher, 33, rue de Seine
Londres, Barthès et Lowell, 14, Great Marlborough Street
Bâle et Leipzig. H. Georg, libraire
États unis – Boston: Schœnhof et Mœller, 40 Winter-Street
1873

Ernest Naville : Article La Liberté (second article). Extrait, pages 458-459.

Je conversais, un jour avec un officier en retraite, fort honnête homme et excellent père de famille. Nourri de sentiments pieux, il avait d'abord cherché l'aliment [page 459] de sa vie spirituelle dans les productions de la littérature chrétienne marquées du sceau d'une tendance mystique l'Imitation de Jésus-Christ et les Œuvres spirituelles de Fénelon. Il avait passé ensuite à Saint-Martin, le philosophe inconnu, de Saint-Martin à Jacob Bœhme, et enfin de Jacob Bœhme à Spinoza. La pensée que tout dans le monde est nécessairement déterminé et absolument bon était sa conviction dominante. Il m'exposa clairement sa façon de penser. Quand il eut fini de parler, je lui posai cette simple question: « Vous avez un fils parfaitement honorable et qui fait votre joie. S'il devenait un scélérat (ce qu'à Dieu ne plaise), avez-vous le courage de me dire que vous trouveriez que tout est également et absolument bon ? » Nous nous promenions il s'arrêta, garda un moment le silence, puis me répondit « Je n'aime pas penser à ces choses-là. » Ce qui signifie Ma doctrine est inconciliable avec la vie, avec la vie du cœur dans ce qu'elle a de plus sacré.

bouton jaune    Ernest Naville : Article La Liberté (second article)

1873 - Dezobry - Dictionnaire général de biographie et d’histoire

1873 DezobryDictionnaire général de biographie et d’histoire
De mythologie, de géographie ancienne et moderne comparée
Des Antiquités et des institutions grecques, romaines, françaises et étrangères
Ch. Dezobry, Chevalier de la Légion d’Honneur, auteur de Rome au siècle d’Auguste
Th. Bachelet, Chevalier de la Légion d’Honneur, Agrégé d’histoire, professeur au Lycée de Rouen
Et une société de littérateurs, de professeurs et de savants
Sixième édition revue
Deuxième partie
Paris
Librairie Ch.Delagrave
58, rue des Écoles
1873

Article : Saint-Martin, page 2372.

SAINT-MARTIN (Louis-Claude de), dit le Philosophe inconnu célèbre théosophe, né à Amboise en 1743, d'une famille noble, m. en 1803, fut destiné par ses parents à la magistrature, et étudia le droit, mais bientôt, préférant la profession des armes, il entra comme lieutenant dans le régiment de Foix en 1765. Il puisa de bonne heure dans l’Art de se connaître soi-même, du protestant J, Abbadie, les principes de philosophie et de religion qu'il professa toute sa vie, sans chercher à faire des prosélytes. Etant en garnison à Bordeaux, il se lia avec quelques mystiques ; il s'attacha tour à tour aux doctrines de Martinez Pasqualis et de Swedenborg ; puis, quittant le service pour se livrer à la méditation, se créa un système à lui, qu'il appelait le Spiritualisme pur. Il publia, sous le voile de l’anonyme : Des erreurs et de  la vérité, Edimbourg (Lyon) 1775, in-8°, Tableau naturel des rapports qui existent entre Dieu, l'homme et l’univers, ibid., 1782, in-8°; l'Homme de désir, 1790, in-8°; le Nouvel homme, 1796, m-8°, De l’esprit des choses, ou Coup d'œil philosophique sur la nature des êtres, 1800, 2 vol. in-8° ; le Ministère de l'homme-esprit, 1802, etc. Œuvres posthumes, Tours, 1807, 2 vol. in-8°. Il est assez difficile de comprendre toute cette philosophie d'illuminé, écrite en style énigmatique. V. Moreau, le Philosophe inconnu, ou Réflexions sur les idées de Saint-Martin, Paris, 1850, in-12 ; Caro, Essai sur la vie et doctrine Saint-Martin, 1852, in-8°; Matter, Saint-Martin et ses écrits, son maître Martinez et leurs groupes, Paris, 1862, in-8°.

B.

bouton jaune   Saint-Martin

1873 – Saman - Les enchantements de Prudence

1873 SamanLes enchantements de Prudence
Par Mme P. de Saman [Hortense Allart de Méritens, (1801-1879)]
Deuxième édition
avec préface de George Sand
Paris.
Michel Lévy frères, éditeurs,
rue Auber, 3 place de l’Opéra
Librairie nouvelle
Boulevard des Italiens, 15, au coin de la rue de Grammont
1873

XXXII - Extrait, pages 340-341

M. Warwick, à la fin d'août 1856, s'embarque à Marseille pour Constantinople, où il était chargé d'organiser les provinces du Danube. Je m'occupais d'Alexandre le Grand pour mon histoire d'Athènes. J'imprimais le Novum Organum avec le plus grand plaisir mais très lentement. J'aimais tant mon sujet que les épreuves mêmes m'amusaient, surtout la partie de Pascal.

Eh juin 1857, l'Essai sur l'histoire politique parait enfin. Deux mois après, en août, parait le Novum Organum. J'obtenais ce que j'avais désiré passionnément. Pour le Novum Organum, j'avais tout remis à Dieu. Je reçois sur ces ouvrages de charmantes lettres d'Italie et de Paris. J'en suis occupée. J'avais fini Thucydide et Xénophon. J'abordais Platon, la philosophie, puis Philippe, Alexandre et Démosthène pour finir. Chaque matin, à la tour de Montlhéry, je lisais les Études de la nature de Bernardin de Saint-Pierre. C'était fréquenter l'âme la plus élevée et la plus sensible du monde. Ces grands [page 341] littérateurs sont tous faits pour l'action et la politique. Celui-ci est un réformateur. Il pense sur tous les sujets : son livre est le plus varié comme le plus beau. Occupée l'hiver suivant des ouvrages de M. de Saint-Martin, ce sage m'a fait mieux comprendre Jésus-Christ. Il se croit lui-même parfois une sorte de Christ, il fait entendre qu'il s'immole en idée, qu'il s'immole aux douleurs du genre humain: sorte de figure du Christ, il fait comprendre les natures pures et exaltées; ses impressions sont sublimes. Il dit: « O Dieu, transmets jusqu'au fond de mon âme le feu qui te brûle, afin qu'elle brûle avec toi, et qu'elle sente ce que c'est que ton ineffable vie, et les intarissables délices de ton éternelle existence. » M. de Saint-Martin appelle les hommes pieux des hommes de paix et de désir. Le désir en nous, dit-il, est la racine de l'éternité, et ce désir produit le mouvement divin ou la dévotion; la dévotion ! charme sacré qui est la vie secrète de tous. Ce charme nous fait traverser les dangers sans les voir, rapporte les fatigues sans les sentir, répand la paix et comme le plaisir sur nos derniers jours. Il remplace les tempêtes où nous vivons dans la région des temps. L'homme n'a qu'un désir, l'éternité, les, autres désirs ne sont que des formes de ce seul désir.

bouton jaune   XXXII - Extrait

Aller au haut